logo agglo pau

Maintenir/améliorer la mixité sociale des quartiers de l’agglomération Paloise

tels sont les objectifs de la nouvelle mission que vient de nous confier l’Agglomération Pau Porte des Pyrénées associée à l’AROSHA.

Résidences du quartier Saragosse de Pau

Des enjeux multiples sont à prendre compte pour comprendre le rôle et la fonction joués par le parc HLM au sein de l’agglomération.

– La ville de Pau polarise l’essentiel des réponses alors que l’agglomération demande à disposer de solutions mieux réparties.
– Le parc HLM est d’autant plus sollicité que l’offre nouvelle promu dans le parc privé sur la période récente a parfois raté sa cible, en proposant des niveaux de loyers qui se révèlent sur-évalués par aux capacités financières des ménages locaux.
– La rotation au sein du parc HLM ralentit ou s’avère basse, ce qui conforte les tensions et la pression sur les programmes.
– La demande sociale est marquée par l’intensité de situations de précarité et de solvabilité réduite qui font que la question du parc accessible est stratégique.
– Certains programmes ou quartiers sont particulièrement sollicités dans la prise en compte des composantes de la demande sociale tandis que des fonctionnements dans la spécialisation ou à travers de mauvaises qualités de réponse s’affirment : les objectifs d’équilibre social et ceux de l’accès au logement des ménages défavorisés sont là en tension.
– La consolidation des acquis du PRU sollicite de nouveaux équilibres que doit prendre en compte le déploiement du parc à l’échelle de l’agglomération ou encore auxquels les autres composantes du parc social peuvent contribuer. Le manque de diversité de l’offre de logements accroît par ailleurs les difficultés.
Dans ce jeu, la mixité sociale est à l’épreuve et de multiples objectifs sont à promouvoir : limiter les concentrations problématiques, restaurer ou maintenir des équilibres, réguler et anticiper des évolutions.

Une stratégie communautaire d’ensemble de promotion des équilibres résidentiels est donc à promouvoir. Elle ne relève ni de l’injonction, ni de règles aveugles. Elle se décline à de multiples échelles, dans des fonctionnements emboités. Elle passe surtout par des objectifs, des outils et des méthodes partagés, associant l’agglomération, les communes, les organismes HLM et les acteurs de l’habitat. Elle passe aussi par la mise en cohérence des démarches des organismes (développement, patrimoine, gestion, attributions…) et celles des collectivités (équipement et aménagement, gestion, accompagnement…).